Logo
Thématique
Economie, emploi et travail
Politiques, institutions et démocratie
Libertés publiques et éthique
Inclusion numérique et solidarité

Qui sommes-nous ?

TÉLÉCHARGER LE RAPPORT D'ACTIVITÉ 2017

Renaissance Numérique : le think tank de la société numérique

Renaissance Numérique, en quelques mots

Renaissance Numérique est né d’une conviction forte partagée par ses fondateurs*, celle de la nécessité d’anticiper la transformation numérique de la société afin qu’elle n’induise pas de nouvelles fractures. En mars 2007, le think tank publiait son premier livre blanc : « 2010 : l’Internet pour tous », 15 mesures pour réduire la fracture numérique en France ». Parmi ces recommandations figurait notamment la création d’un secrétariat d’Etat dédié aux questions numériques, qui fût mis en place à l’arrivée du nouveau gouvernement.

Près de dix années plus tard, le think tank poursuit sa mission d’accompagnement de l’action publique dans sa transition numérique et son objectif d’une société numérique inclusive, équitable et vecteur de croissance.

Pour ce faire, il s'appuie sur les réflexions et expertises de ses adhérents, qui sont autant des universitaires que des start-ups ou des grandes entreprises.

Renaissance Numérique apporte ainsi des propositions concrètes et opérationnelles pour accompagner les acteurs publics, économiques et les citoyens dans la transition numérique de la société et le passage vers une société collaborative.

*À l’origine du think tank, six experts reconnus de l’écosystème numérique : Catherine Barba, Isabelle Bordry, Guillaume Buffet, Jérémy Garamond, François-Xavier Hussherr, Christophe Parcot.

Pourquoi un think tank de la transition numérique ?

Parce que la révolution technologique touche tous les aspects de nos vies professionnelle et personnelle, ainsi que toutes les couches de la société, et parce que bon nombre d’acteurs ne possèdent pas encore de grille d’analyse suffisante pour comprendre les impacts de cette nouvelle donne, il est nécessaire de produire une réflexion ouverte, inclusive et mue par l’intérêt général sur les enjeux de cette société entrée dans l’ère du numérique.

C’est là le rôle des think tanks qui, dans la complexité et la rapidité de nos sociétés actuelles, ont pour mission de délivrer et distribuer un savoir, une expertise et des propositions sur le temps long, afin d’éclairer les politiques publiques et de fournir aux citoyens un socle nécessaire à son sens critique et à ses engagements.

Renaissance Numérique affirme là son plein ancrage dans le XXIe siècle où le nouveau rôle des médiateurs de la société civile et des laboratoires d’idées se redéfinit autour de l’empowerment pour et avec le citoyen.

Aussi, Renaissance Numérique considère que l’expertise nécessaire à l’élaboration d’une nouvelle société dépasse largement le cadre des « experts » et qu’il est important de puiser ses idées et son sens critique dans différentes strates de la société. Il s’empare également des données et traces numériques pour fonder ses analyses, car dans un monde numérisé, les données, issues de différentes sources, sont des ressources de plus en plus centrales dans l’analyse des politiques publiques et la prise de décision publique.

Quelles sont les valeurs de Renaissance Numérique ?

Renaissance Numérique a identifié cinq dimensions dans lesquelles s’opère le changement de société que nous vivons. Dans les quatre thématiques suivantes, le think tank opère, commente et accompagne le changement :

  • Économie, emploi, travail
  • Politiques, institutions et démocratie
  • Libertés publiques et éthique
  • Inclusion numérique et solidarité

Intérêt général et citoyenneté

Partant du postulat que la révolution numérique présente des opportunités sans précédent pour chaque citoyen et pour la société dans son ensemble, Renaissance Numérique met la question de l’intérêt général au cœur de ses réflexions et son action. Ses productions défendent le point de vue du citoyen et du consommateur en premier lieu. Ni lobby, ni affilié à une mouvance politique, ni syndicat professionnel, Renaissance Numérique est un think tank citoyen qui entend construire une nouvelle matrice des corps intermédiaires de la société française et européenne au XXIe siècle.

Empowerment

A l’ère du numérique, le pouvoir se recentre sur l’individu : le but premier de Renaissance Numérique est de donner à tous les acteurs de la société (publics, privés, citoyens, etc.) les moyens de comprendre et de se saisir des opportunités offertes par les technologies numériques. Aussi, Renaissance Numérique produit des travaux qui mettent le citoyen en situation de réfléchir et d’agir à son niveau et dans sa vie publique et professionnelle. Renaissance Numérique fournit aussi, lorsqu’il le juge nécessaire, des outils et des méthodes au service du citoyen ou des associations citoyennes.

Innovation ouverte

À l’ère du numérique, les réflexions d’un cénacle d’experts ne sont plus suffisantes pour analyser et éclairer la transformation de la société : Renaissance Numérique prône une réflexion qui fasse appel à l’intelligence collective et au dialogue et qui soit soumise au plus grand nombre, par des publications et des événements accessibles et gratuits.

Ouverture et inclusion

La société numérique que nous voulons bâtir est, à l’image du réseau Internet, ouverte sur le monde et collaborative, davantage horizontale que pyramidale. Aussi, avec réalisme et sans angélisme, Renaissance Numérique s’oppose aux politiques du repli sur soi et place au cœur de ses préoccupations l’accès pour tous aux outils et aux savoirs numériques.

Comment Renaissance Numérique est-il vecteur de changement ?

Renaissance Numérique est la plateforme des dialogues, de la création d’idées pour accompagner la société numérique. Avec ses adhérents et partenaires, le think tank publie des notes et des rapports contenant des propositions pour préparer les évolutions de notre monde et organise des conférences afin de faire dialoguer les penseurs et acteurs de la sphère numérique. Il produit également des outils et méthodes pour l’engagement citoyen à l’ère numérique.

Renaissance Numérique : incubateur de projets citoyens

Renaissance Numérique dont l’intérêt général et la citoyenneté sont les valeurs cardinales, a incubé sa propre initiative : Seriously, la plateforme qui aide à lutter contre la propagation des propos haineux sur le web. Véritable outil numérique de vivre-ensemble, le think tank a conçu cet outil et accompagne son développement partout en France. En cette période de délitement du lien social et de peur généralisée, le think tank accorde une importance majeure à cet outil qui redonne à Internet sa fonction première : le dialogue, l’échange, le partage, l’accessibilité de l’information. Cette initiative n’est qu’une étape liminaire vers la production de méthode d’engagement citoyen en faveur d’une société numérique inclusive.

Qui finance Renaissance Numérique ?

Les financements de Renaissance Numérique sont exclusivement privés (à l’exception du projet Seriously qui, quant à lui, a reçu un tiers de ses financements par le public en 2017). Les financements proviennent en majorité des cotisations des adhérents de Renaissance Numérique, qui s’opère en fonction du chiffre d’affaire des entreprises pour un montant allant de 200 à 10 000 euros. Aucune cotisation d'adhérent n'excède donc 4 % des ressources annuelles du think tank qui s'élèvent à près de 280 000 euros environ pour l’année 2017 (novembre 2016-décembre 2017).

Transparence et indépendance

Les programmes d’études de Renaissance Numérique sont déterminés par des processus de décision transparents, sur proposition de ses adhérents et de son équipe, et délibérés de façon collective par les instances de gouvernance du think tank : le conseil d’administration et le bureau.

Renaissance Numérique est un think tank d’intérêt général. Ses adhérents et son équipe s’engagent ainsi au respect de ce principe, en toute indépendance des intérêts particuliers.

En accord avec sa démarche de transparence, le think tank est inscrit au répertoire des représentants d’intérêts de la Haute autorité pour la transparence de la vie politique, et au registre de transparence de l'Union européenne. 


 

* Les entreprises dont la cotisation s'élève à hauteur de 10 000 euros sont : BNP Parisbas, Facebook France, Google France, La Poste, Les Mousquetaires, Microsoft France, Orange, SAP. 


Renaissance Numérique a obtenu la note de quatre étoiles dans le cadre du label "Think Tank & Transparent 2017" décerné par l'Observatoire européen des think tanks.


Renaissance Numérique est également labellisé par le mouvement #JamaisSansElles, qui s'engage à promouvoir la mixité dans les événements publics. À l'occasion de la treizième édition du Forum de l'ONU sur la gouvernance de l'Internet, le think tank a renforcé cet engagement en signant la "Charte #JamaisSansElles pour les acteurs de la gouvernance de l'Internet",  qui vise à adopter une règle de conduite globale et générique pour l’égale reconnaissance et participation des femmes dans le numérique.

---

Consulter les statuts de l'association loi 1901, à but non lucratif

Consulter les comptes annuels de l'association

Consulter le dernier rapport d’activité de Renaissance Numérique


Le mot du Président, Henri Isaac, Maître de conférences à l'Université Paris-Dauphine :

« En tant qu’universitaire, je suis heureux de porter et représenter une structure qui redonne toute sa valeur et sa place aux idées dans le débat démocratique. Alors que la société change au rythme des progrès technologiques numériques, nous avons besoin d’un espace pour dialoguer, échanger, faire tomber les peurs et établir une réflexion sur le long-terme : cet espace c’est Renaissance Numérique, un think tank ouvert, critique, qui met au cœur de ses valeurs le citoyen et son empowerment. »