Imprimer

Loi de programmation militaire : défenseurs des droits & syndicats de magistrats pour une saisine du Conseil constitutionnel

La loi de programmation militaire (LPM) a été adoptée en deuxième lecture au Sénat. Au cœur du débat, le contenu de l'article 13 qui introduit un système généralisé de captation des données électroniques et téléphoniques en vue de lutter contre les atteintes potentielles à la sûreté du territoire et des intérêts de la France.

Les organisations signataires regrettent que les sénateurs n’aient pas retiré purement et simplement cet article 13, qui va permettre une très large réquisition de données de connexion sans aucun contrôle judiciaire !

 

La découverte récente du système « PRISM », grâce au courage du lanceur d’alerte Edward Snowden, révélait l'ampleur de l'opération de détournement par les États-Unis, non seulement de dizaines de millions de conversations et de messages, mais aussi des métadonnées qui permettent de générer des réseaux, rendant ainsi possible une surveillance permanente et généralisée. Les gouvernements européens, eux aussi écoutés, s’en étaient largement offusqués. Mais, de rodomontades en reculades, aucun frein n'a pour l'instant été mis à ce maillage illégal.

 

L'absence d'une réaction ferme des gouvernements des pays ainsi attaqués renforçant les responsabilités de la société civile, la FIDH et la LDH ont décidé de déposer une plainte avec constitution de partie civile en raison de la violation des articles du code pénal qui protègent la vie privée et interdisent l'utilisation permanente et généralisée d'un système d’interception. Cette plainte est en cours d'instruction. Sont visées les agences de renseignement donneuses d'ordre et les entreprises de l'internet qui accordent généreusement l'accès aux données conservées.

Mais, la question de l'implication des gouvernements s’est posée immédiatement. Qui était au courant de quoi ? Il est apparu très vite qu'en France la DCRI avait, à une échelle moindre les mêmes pratiques, au motif que la fin justifie les moyens. C'était donc bien une préfiguration illégale de ce qui va devenir légal aujourd'hui. Dans une loi applicable de 2014 à 2019, à l'occasion de la programmation de dépenses, il est envisagé de doter la France d'un dispositif de surveillance se rapprochant du « Patriot Act » américain.

Les signataires ne peuvent accepter qu'une atteinte aussi importante aux libertés individuelles ne fasse l'objet que d'une discussion annexe dans le cadre d'une loi de programmation militaire.

Et cela dans l'urgence et l'impréparation, la méconnaissance des questions de l'internet étant flagrante dans les arguments publiquement avancés par les rédacteurs de la LPM, qui évoquent notamment le fait que ce ne serait pas le contenu des messages qui serait retenu – ce qui est faux – mais seulement les réseaux de connexion.

 

Et que dire de l'absence de saisine de la CNIL sur cet article 13 ?

Les organisations signataires ont l'intention de développer une campagne d'opposition à l'adoption définitive d'une loi qui met en place un dispositif disproportionné qui, une fois de plus, au nom de la sécurité, tend à réduire nos libertés.

Les signataires appellent à ce que le Conseil constitutionnel, gardien des libertés fondamentales inscrites dans notre Constitution, soit saisi.

Signataires : Ligue des droits de l’Homme, FIDH, Syndicat des avocats de France (Saf), Syndicat de la magistrature (SM), Renaissance numérique, Centre de Coordination pour la Recherche et l'Enseignement en Informatique et Société (Creis), Centre d'Études sur la Citoyenneté, l'Informatisation et les Libertés (Cécil).

 

Commentez